cabinet ophtalmo bordeaux Prendre rendez-vous Prendre rendez-vous

Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)


Description :

La DMLA est la première cause de cécité légale (acuité visuelle inférieure à 1/10) en France chez les personnes de plus de 50 ans.
Non traitée, cette maladie peut aboutir à la destruction irréversible de la zone de vision centrale appelée macula. La rétine périphérique est toujours respectée, ce qui permet de pouvoir continuer à se déplacer et de rester relativement autonome.

Symptômes :

View Video
Les signes cliniques sont une déformation des lignes droites qui sont vues ondulées, une baisse de vision et la perception de taches sombre dans le champ de vision central.
Il en existe 2 formes cliniques qui peuvent survenir séparément ou s’associer :

Cliché en autofluorescence
Cliché en autofluorescence
La forme atrophique ou “sèche” :
Elle consiste en une atrophie progressive et irréversible de la rétine centrale laissant longtemps persister un îlot de vision. Cette forme de DMLA est d’évolution lente mais ne possède pas de traitement efficace en dehors des compléments alimentaires à base de Luteine et d’Oméga 3 qui permettent d’en ralentir l’évolution. Le sevrage tabagique et le port de verres filtrants au soleil permettent d’en diminuer le risque et d’en ralentir l’évolution.

Cliché de la rétine : DMLA humide néovascularisée
Cliché de la rétine : DMLA humide néovascularisée
Décollement de l'épithélium pigmentaire néovascularisé
La forme exsudative ou humide :
Elle fait suite au développement de vaisseaux anormaux sous la rétine centrale liés au vieillissement des structures rétiniennes et sous rétiniennes. Ces néovaisseaux ont une croissance rapide. Leur structure perméable aux composés liquidiens du sang est responsable de l’accumulation de ces liquide sous ou dans la rétine. Ils peuvent aussi se rompre et saigner sous la rétine.

Le diagnostic repose sur la réalisation d’un examen du Fond de l’œil, d’un examen OCT et d’une angiographie à la fluorescéïne et au vert d’indocyanine. Il est important de préciser au médecin si vous avez ou non des antécédents allergiques pour que cet examen puisse avoir lieu.

Traitement :

Le traitement nécessite l’utilisation d’une molécule pharmaceutique de la famille des anti-VEGF. Ce médicament s’administre par voie endoculaire en injection intravitréenne. Il vise à cicatriser le vaisseaux anormal et à supprimer les fuites liquidiennes sous et intrarétiniennes pour améliorer l’acuité visuelle. La cicatrice du néovaisseau en elle-même peut parfois limiter la récupération visuelle.
Ces injections s’effectuent au cabinet dans une salle spécifiquement adaptée, en ambulatoire. Elles sont précédées d’une anesthésie locale et d’une désinfection de l’œil. La piqure se fait à l’aide d’une aiguille très fine de 30 gauge à un endroit précis sans danger pour l’œil. Elle est peu douloureuse et ne dure que quelques secondes.
Une première série de 3 injections à 1 mois d’intervalle est systématiquement prescrite. Dans la majorité des cas d’autres injections seront nécessaires selon un rythme propre à chaque patient pour maintenir le gain d’acuité visuelle, la maladie étant d’évolution chronique.
Les incidents les plus fréquents suite à cette injection peuvent être la survenue d’une hémorragie sous-conjonctivale (blanc de l’œil) sans gravité se résorbant en quelques jours et la visualisation de petits points noir durant 24 heures dus à la présence de bulles d’air stérile dans le produit injecté.
De manière très rare une hypertonie oculaire (sensation de perte visuelle transitoire juste après l’injection) peut survenir et doit être signalée au médecin. Une infection endoculaire, une hémorragie intravitréenne ou un décollement de la rétine peuvent se produire exceptionnellement.

En cas de survenue récente (moins de 3 mois) d’un infarctus du myocarde ou d’un accident vasculaire cérébral, il est important de le signaler au médecin qui envisagera avec vous le meilleur moment pour l’injection.

Dans certains cas particuliers de DMLA, d’autres traitements peuvent être proposés comme la photothérapie dynamique à la vertéporfine ou la chirurgie vitréorétinienne en cas de saignement abondant sous la rétine.

Liens :